Comment résumer Pseudo ? O lala…. Difficile…. Tant Gary brouille les pistes…. Le texte est signé Ajar. Qui est Ajar ? Gary off course ! Ajar est un pseudo. On le sait. Maintenant on le sait. Depuis que Gary est mort…. Avant sa mort, on savait rien du tout ! Et Gary s’est « bien amusé » comme il l’écrit à la fin de Vie et mort d’Emile Ajar , texte posthume. Pendant des années, il s’est bien amusé de ce mystère Ajar, Gary. Et là, il s’amuse vraiment beaucoup, même si dans le fond, Gary ne s’amuse pas vraiment, mais alors pas du tout. « Parce que la vie voyez-vous, (il) ne prendrait ça à personne… ». Là, il met le paquet. Met en scène. Se met en scène. En pseudo-pseudo. Ni lui, ni vraiment un autre, Pseudo n’est ni un roman, ni une auto-fiction, ni une autobiographie mais tout cela à la fois, et encore autre chose. Emile Ajar est une signature (quand il veut bien l’apposer) mais de qui ? Paul Pavlovitch ? Le neveu « réel » de Gary. Il semblerait. Mais méfions nous… N’est il pas tout autant, Python, souris, coupe papier, chaise ou cendrier… ? Qui a écrit ses précédents romans ? Lui-même ? Tonton Macoute, son oncle ? Ecrivain reconnu qui comme Gary himsef, pendant la guerre, « massacrait des populations civiles de très haut » ? Rodolphe, Alex, Aliette ? Le Sha d’Iran ? Pinochet ? Nénesse peut-être ? Ou encore le docteur Christianssen, le « bon danois », psychiatre de son état, dans la clinique duquel le narrateur fait des séjours prolongés… ? Comment le dire ? Comment le lire ? Et comment l’écrire ? Là est bien la question. Car tous y participent à leur manière, évidemment. « On est tous des additionnés » ! Gary – pardon, Ajar – nous perd, nous entraîne, nous bifurque, nous retourne, brouille sans cesse les pistes et signes qu’il ne cesse de glisser sous nos yeux et sous le stylo. Et sous un humour ravageur s’agite sans répit l’angoisse, car « sans elle, (on) n’écrirait plus une ligne » et la révolte. Pas question de renoncer et capituler. Gary fait au monde et à la réalité qui l’entoure une tête de massacre, avec au premier rang la sienne, sur laquelle il ne cesse de cogner pour mieux l’éclater avant dispersion… Pris entre les feux d’une humanité à laquelle il est bien forcé d’appartenir, et d’une littérature qui n’hésite pas à en vampiriser les pires horreurs, il balance sans cesse entre refus, désespoir, cynisme et désir de fraternité. Folie clownesque et lyrique, roman shizophrène et politique, hallucination, scatologie, burlesque psychiatrique… Pseudo est insaisissable…
Note d'intention De Gary à Ajar Extrait L'équipe La Presse Photos
Télécharger le dossier complet en pdf
Photo et graphisme : Ernesto Timor
La Compagnie SpectaclesCompagnie des Indiscrets 6 clos de la Béchade 87280 Limoges, 05 55 10 17 31, compagnie@indiscrets.net
Accueil Contacts Formation CalendrierCompagnie des Indiscrets 6 clos de la Béchade 87280 Limoges, 05 55 10 17 31, compagnie@indiscrets.net