Compagnie des Indiscrets

La compagnie

Brève histoire de la compagnie

C’est le goût pour l’écriture et le désir de créer des formes personnelles et singulières qui nous a poussés à créer la Compagnie des Indiscrets en 1994. Une écriture comme une manière de questionner notre rapport au monde pour tenter de révéler le vrai d’un lien difficile mais nécessaire à soi-même, à la création, à l’imaginaire et au réel. De 1994 à aujourd’hui, notre théâtre s’est perpétuellement transformé de manière à éviter d’appliquer des recettes, remplir des cases, mais plutôt chercher à rester en mouvement et ouvert sans cesse à l’inconnu. 

Les premières créations ont été fortement influencées par notre apprentissage à l’École Jacques Lecoq et par notre amour du clown et du burlesque. Quatre spectacles sont créés, particulièrement visuels, dont deux sans paroles.

Avec la mise en scène d’En Attendant Godot en 2002, un virage commence à se dessiner. Mais c’est à partir de la  création de Et Après, puis celle de C’est pas parce qu’il y a un titre que ça change quelque chose que ce désir  d’explorer de nouveaux territoires va réellement se concrétiser. Même si demeure le goût pour un humour décalé, absurde et ironique, notre théâtre a changé. Le texte prend de plus en plus de place et le travail sur la langue devient central, avec une grande importance donnée au rythme, aux mots considérés comme matière musicale. L’écriture voyage entre la recherche d’un « hyper-réel » et celle d’un imaginaire insolite. Elle se déploie au sein d’une dramaturgie avançant par rebonds, ricochets, donnant l’impression d’émerger spontanément sur la scène.

Avec Ronce-Rose d’Éric Chevillard en 2019, puis Fin de Partie de Samuel Beckett en 2021 et Cahin-Caha en 2022, nous avons éprouvé le désir de revenir à une plus grande épure entamée avec Pseudo, d’après le roman d’Émile Ajar / Romain Gary en 2013, à une essentialisation de la présence de l’acteur, de la gestuelle, et du rapport à l’espace. Et à un rapport au monde dans lequel l’acte de résistance privilégie, avant tout, le geste poétique.  

La Compagnie des Indiscrets est subventionnée par la Région Nouvelle Aquitaine et conventionnée par l’État, Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Nouvelle Aquitaine.

 

Qui sommes-nous ?

 

Lucie GOUGAT, auteur, metteur en scène 

Née en 1972 au Chesnay. Elle se forme à l’École du Cirque d’Annie Fratellini, puis à l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq. Elle participe à plusieurs stages : commedia dell’arte avec Ariane Mnouchkine, clown avec Philippe Gaulier et Pierre Bylan, texte avec Jean-Paul Denizon… Cofondatrice de la Compagnie des Indiscrets, elle s’est spécialisée dans l’écriture et la mise en scène de créations originales : Impasse de la baleine (1994), La ruelle d’Odile (1996), Tramps ou il pleut dans mes chaussures (1997-2005), Les cambrioleurs (2000), Solomonde (2009-2016), Et Après (2014), C’est pas parce qu’il y a un titre que ça change quelque chose (2018). Elle a également mis en scène En attendant Godot de Samuel Beckett (2002), Croisades de Michel Azama (2005) et Pseudo d’après le roman de Romain Gary / Émile Ajar (2013) et Ronce Rose d’après le roman d’Éric Chevillard (2019). Elle anime par ailleurs de nombreux stages et ateliers. 

 

Jean-Louis BAILLE, auteur, comédien, metteur en scène 

Né en 1965 à Sète. Se forme au conservatoire et à l’université de Montpellier avec Jacques Bioules. Après une année passée à l’école de Jacques Lecoq, il va créer avec Lucie Gougat en 1994 la Compagnie des Indiscrets et participer à toutes les créations en tant que comédien, co-metteur en scène et auteur.

Parallèlement, il poursuit une formation particulièrement axée sur le clown et le burlesque, Philippe Gaulier, Pierre Bylan, Fred Robbe, Norbert Aboudarham (avec lequel il a créé trois spectacles) mais aussi sur le théâtre visuel, Yoshi Oida, Yves Marc, Théâtre de complicité. 

Il a travaillé également sous la direction de Babette Masson, Laurent Maindon, Christophe Thiry, Gersende Michel et Norbert Aboudarham. Il anime régulièrement avec Lucie Gougat des stages et ateliers sur le clown et le jeu d’acteur.


Franck RONCIÈRE, créateur lumières, scénographe

Né en 1966 à Limoges. Créateur lumière, scénographe, régisseur général du Théâtre de la Passerelle de Michel Bruzat depuis plus de 20 ans, régisseur général de l’Ensemble Baroque de Limoges, du festival Urbaka. Il a aussi réalisé de nombreuses créations pour le Théâtre en Diagonale (où il collabore à la scénographie), le Théâtre de la Source (Bordeaux), le collectif Aléas, le festival des Francophonies, l’Opéra-Théâtre de Limoges, Eugène Durif et Karelle Prugnaud… et la Compagnie des Indiscrets. 

 

Julien Michelet, Musicien, compositeur

Après des études aux Beaux Arts d’Angoulême, il se forme au conservatoire d’Angoulême dont la classe d’électro-acoustique d’Elisabeth Sikora et à l’Institut des musiques modernes et improvisées de Laurent Rousseau. En tant qu’instrumentiste, il intervient à la basse et contrebasse dans plus de trente formations différentes en jazz, rock, improvisation libre… Comme compositeur, il travaille pour lui-même, le groupe Marilyn’s Dressing Room, One K, François Bertin, Florent Mulot, Dominique Plas, Kader Attou, Kevin Mischel et Sim’hamed Benhalima… 

 

Paul ÉGUISIER, Comédien, vidéaste

Né en 1976 à Limoges. Suit les ateliers de Philippe Labonne à Limoges. Il travaille depuis 1999 avec plusieurs compagnies du Limousin, le Théâtre de l’Etoile Grise, direction Yves Gay, le Théâtre en Diagonale, direction Philippe Labonne, la Compagnie Max Eyrolle, la Compagnie des Indiscrets, la Compagnie du Désordre, direction Filip Forgeau, La Passerelle, direction Michel Bruzat, la Compagnie Méli-mélo Fabrique basée à Chaumont et dirigée par François Leve, Onavio Théâtre, direction Alban Coulaud. Informaticien de formation, il a mis au point plusieurs systèmes de diffusion sonore et visuelle. Depuis plusieurs années, il développe une activité de création vidéo pour de nombreuses compagnies.

 

Dario COSTA, comédien

Né en 1964 en Australie, Dario Costa s’est formé à L’Ecole Internationale de Théâtre Jacques Lecoq. Il a joué, entre autres, dans six créations de la Compagnie des Indiscrets et En Attendant Godot (Estragon) mis en scène par Lucie Gougat. La Tempête, mise en scène Rona Waddington, La mégère apprivoisée, mise en scène Christine Hooper, Le monte-plat de Pinter, mise en scène Mik Kulhman… On a pu également le voir au cinéma dans Nitrate d’argent de Marco Ferreri et Le correspondant de Jean-Michel Ben Soussan.

 

Rebecca Bonnet, Comédienne

Après une formation au Magasin avec François Lamotte et Marc Adjaj et au Samovar, elle fait participe à plusieurs stages avec entre autres Serge Poncelet, Philippe Gaulier, Philippe Dormoy… Elle travaille depuis 2006 avec le Théâtre du Chaos, O’Navio Théâtre, direction Alban Coulaud, et le Théâtre du Menteur, direction François Chaffin.

 

Léa Miguel, Comédienne

Elle entre en 2009 au conservatoire de Bordeaux et l’année suivante à l’Ecole Supérieure Professionnelle de Théâtre du Limousin (CDN de l’Union) où elle suivra pendant trois ans l’enseignement d’Anton Kouznetsov. Durant cette période, elle travaillera notamment sous la direction de Stéphanie Loïk-Emilfork, Pierre Pradinas, Paul Golub, Eric Da Costa…
En 2015, elle joue le texte de Karl Krauss,  Les derniers jours de l’humanité, mis en scène par Nicolas Bigards. Depuis 2012, elle est Geneviève, rôle récurrent dans la série Un village français. Au cinéma elle vient de tourner deux longs métrages : Au désert , réalisé par Antoine Fumat et Magnalina, réalisé par Natalia Taradina. Elle est cofondatrice du collectif Zavtra.

 

Julien Defaye, comédien

Plasticien de formation et comédien autodidacte, Julien Defaye témoigne très tôt d’un appétit pour les auteurs vivants, qu’il défend avec singularité et générosité principalement dans les spectacles de la Compagnie du Désordre animée par Filip Forgeau, de la Compagnie de l’Etoile grise animée par Yves Gay, du Théâtre de La Marmaille dirigé par Alban Coulaud et du Théâtre du Menteur.
C’est avec cette dernière équipe qu’il s’associe depuis 2008 pour créer Le vent ne fait pas de prisonniers, Nous sommes tous des dictaphones, Comme le chien et Entretiens avec la mer, et c’est à la suite d’un travail de recherche opiniâtre et inventif autour de la notion de concert de mots (studio, lectures musicales, petites formes oratorio) qu’il retrouve François Chaffin sur scène pour créer Je suis contre la mort.
Auteurs interprétés : M. Gorki, J.-P. Chavent, E. Darley, Ö. Von Horvath, Sophocle, Marivaux, B.-M. Koltes, P.-P. Pasolini, M. Deutsch, P. Malone, M. Simonot, L. Hamelin, S. Levey, R. Garcia, F. Forgeau, F. Chaffin…

 

Yann Karaquillo, comédien, auteur, metteur en scène

Après avoir suivi l’enseignement de Michel Bruzat au sein des ateliers du Théâtre de la Passerelle et du Conservatoire National d’Art Dramatique de Limoges, puis participé à des stages sous la direction de Philippe Duclos, il crée en 1995 la Compagnie Corde Verte et met en scène Koltès, Céline, Cendrars, Gary, Durif, Ollier, Pons, Rigaut, Hugo, Martinet. Il écrit et met en scène : Mais j’aime mieux vous dire, Fake, Je m’endors toujours à Waterloo, Obsèques interminables du monde, L’huissier sera désormais votre seul interlocuteur,. Europa, L’acte d’amour (tragicomédie à machines et musiques avec Denis Lavant.) Il met en scène également pour la Cie Chamboulive, la Java des Gaspards, la Femme Bilboquet, la Compagnie ni une ni deux, Collectif Put a String. En tant que comédien il a notamment travaillé avec Michel Bruzat, Philippe Labonne, La Compagnie des Indiscrets, Jean-Paul Daniel, Guillaume Séguron, Nicole Velche, Christian Dufour, Alain Labarsouque. 

 

Marie Thomas, comédienne

Marie Thomas est une comédienne au parcours éclectique. Formée par Michel Bruzat au conservatoire de Limoges, s’ensuit une longue collaboration au Théâtre de la Passerelle comptant plus d’une vingtaine de créations : Dario Fo, Franca Rame, Musset, Calaferte, Duras, Genet, Molière, Brassaï, Siméon, Sol, Verheggen… pour la plupart jouées au Festival d’Avignon avec succès et tournées en France et en francophonie. D’autres rencontres l’emmènent sur les scènes de festivals contemporains français et européens, avec François Michel Pesenti / Le point aveugle (T2G, Lubjana, Cardiff, Hambourg) ; et avec David Gauchard / l’Unijambiste, qui lui offre deux rôles de femmes tragiques (Mademoiselle Julie de Strinberg et Ekaterina Ivanovna de Leonid Andreïev). Elle joue Carole dans Oleanna de David Mamet, mis en scène par P. Roldez / Cie de l’eau qui dort, joué plus de 200 fois. Chanteuse, elle participe au Grand Bazar Vivant, accompagnée de Gilles Favreau. Un exercice régulier qui lui fait découvrir l’univers des clowns.